Nord Algérien… #2: Les cités romaines

Cuicul et sa forêt de colonnes romaines

Ces formes entrevues, ces bruits indistincts de pas, était-ce Max et Fabio marchant et causant, et disparus à l’angle d’un carrefour ? Cette explication toute naturelle, Octavien comprenait à son trouble qu’elle n’était pas vraie, et les raisonnements qu’il faisait là-dessus à part lui ne le convainquaient pas. La solitude et l’ombre s’étaient peuplés d’êtres invisibles qu’il dérangeait ; il tombait au milieu d’un mystère, et l’on semblait attendre qu’il fût parti pour commencer.

Théophile GAUTIER, “Arria Marcella”

Si, enfant, j’explorais avec bonheur les châteaux en ruine, à l’adolescence, je rêvais d’aller, comme l’Octavien de Gautier, me perdre dans les ruelles de Pompéi. Des années plus tard, la cité campanile m’est toujours étrangère mais Cuicul, Lambese, Thamugadi, Thubursicum et Tipasa ont pour un temps étanché ma soif de cinq (ou six) thés antiques. Suivez la guide!

CUICUL (DJEMILA) : LA PLUS PENTUE

Théâtre de l'antique Cuicul

Les ruines étaient désertes à l’exception d’une étudiante en droit potassant ses leçons, de jeunes couples… amoureux des vieilles pierres et d’ados adossés emplissant de techno la scène du théâtre. Autour, des collines vert-j’espère, un ciel bleu-je-le-veux et, au fond, l’étrange impression d’arpenter un aquarium avec des faucons crécerelle anguilles en guise de poissons ; enfin, un pique-nique digne de détrôner l’iconique combinaison cheap sushis x Golden Bridge. 

LAMBESE (TAZOULT) : LA PLUS NÉGLIGÉE

Amphithéâtre de Lambèse

Après Cuicul, Lambèse. Lambèse où des mosaïques d’une rare finesse s’entassent dans un musée minuscule, où les ruines d’un camp de légionnaires, squattées par les cigognes, bordent un pénitencier et où l’Histoire, partout laissée en friche, subit les outrages du temps et des pillages. Lambèse qui pourtant mérite d’être vue.

THAMUGADI (TIMGAD) : LA PLUS FLEURIE

Cité antique de Timgad en Algérie

Ruines romaines en pleine nature

Imaginez un paysage d’une beauté insolente, un océan de fleurs jaunes sur fond de sommets enneigés et, courgette sur la semoule, mille colonnes jaillissant des flots puis s’élevant vers le ciel comme autant de grands mâts. Thamugadi au printemps, la voir et la quitter, n’est-ce pas déjà mourir un peu?

THUBURSICUM (KHAMISSA) : LA PLUS SAUVAGE

Ruines romaines de Thubursicum

Le patrimoine archéologique algérien est d’une telle richesse que fatalement, certains sites passent à la trappe des circuits touristiques. Sortir des sentiers battus vous gagnera la sympathie des riverains, ravis de voir ces trésors appréciés à leur juste valeur.  

TIPASA (TIPAZA)  : LA PLUS TOURISTIQUE

Ruines de la ville romaine de Tipasa

Ruines romaines à Tipaza

Une forêt de pierres dans une forêt de troncs avec, en sus, le bleu du ciel et l’azur des flots… Un vrai décor de conte déserté par les fées au profit de touristes venus d’Alger. À moins d’une heure de voiture de la capitale, peut-on, en effet, imaginer une escapade plus photogénique ? 

Sans transition, je m’en retourne bosser et vous dis à bientôt… ou tard ; – ) 

3 Comments

Leave a Comment