Aveiro, Douro, Minho… #1

Culture de la vigne en terasses dans la vallée du Douro

‘He did nothing –and contrary to the most accredited copybook logic, he managed to divert himself with more than average content.’

F. SCOTT FITZGERALD, The Beautiful and Damned

Je vous parlais de mon envie de vert et de printemps, ignorant qu’elle me mènerait au pays du délicieux vin dit vert. Mais, en bonne opportuniste du voyage, je n’ai pu résister à l’offre impromptue d’aller me faire boire chez les Portugais et gaies.

AVEIRO

En guise d’apéro, quatre jours passés à voir Aveiro et me cacher des durs dards de son soleil, errant de banc en banc, me nourrissant de poissons en conserve et de citrons pressés. La ville, point grande, est charmante et pour peu que l’on délaisse l’épicentre du tremblement de terriens-touristes, on y flâne au calme, petite âme pâmée, éprise d’azulejos, enivrée d’Art Nouveau.

Marais salants d'Aveiro

La ville est charmante et pourtant ma préférence alla à trois lieux qui me donnèrent alors l’impression d’en être loin : le Cemetério Norte de Aveiro, émouvante fleur pétrifiée éclose dans le béton de la modernité ; le Museu de Aveiro où gît la sainte princesse Joanna, très belle fille de roi qui refusa jadis trois mariages et trois couronnes pour l’amour de son dieu ; et le Ria de Aveiro en sa version hors-chemin, terre de sel, d’algues et d’eau, royaume de flamants moins rosés que blancs. Le tout à découvrir en gobant des Ovos Moles  (œufs mous), pour leur goût, un peu, pour honorer, beaucoup, la géniale idée d’avoir ainsi baptisé des confiseries à la semblance d’œufs… durs !

Confiserie aux oeufs typique d'Aveiro

Sainte Joanna d'Aveiro se faisant couper les cheveux

LA VALLÉE DU DOURO

La vallée du Douro vue d’en-haut, y’a pas à dire, c’est vert beau. Mais à hauteur de vignes, la végétation Autre prend un sacré coup de jaune et l’envie d’un verre de Porto, un sacré coup de vieux. La faute à une flopée de solutions en « –ide » ?

Versants en terasses de la vallée du Douro

Heureusement, hors vignobles industriels, la vie reprend ses droits et la ripaille son goût. Coups d’cœur en vrac : l’incroyable O Meu Gatinho, à Cinfães, un resto à s’en pourlécher les babines ; à Cinfães toujours, la maison d’hôtes Cerrado dos Outerinhos pour le confort des lits, l’accueil du patron et le Pão de Ló de la patronne ; la Rota do Românico, route de l’Art roman, avec par exemple les ruines de Monte Castro Mozinho sur la commune de Penafiel ; le pont et les pâtisseries conventuelles d’Amarante, par exemple à la Confeitaria da Ponte.

À vite pour la suite…

One Comment

Leave a Comment