L’Appartement de mes rêves

Bouleaux naifs et buche en forme de coeur

Voici deux bûcherons, des bûches rondes et dix bouleaux m’ayant donné bien du boulot… Et de boulot il est doublement question puisque ce week-end, je participe à la neuvième édition de L’Appartement –une super galerie d’art nomade– aux côtés d’artistes fort talentueux. Grande est ma joie, domptée sera ma timidité et les bienvenus vous serez au 26 rue des bonnes villes à Liège (Outremeuse) les vendredi 12 (17H00-22H00), samedi 13 (13H00-19H00) et dimanche 14 (14H30-19H30) décembre 2014.

Plus d’infos ici.

Carte de voeux naive représentant une femme-renne

Merci à Pupa pour cette belle initiative, à Pauline, Ludwig, Marie, Jérémy et Magali pour leur générosité et à Paulo pour m’avoir filé l’info. Et merci à vous aussi, pour votre bienveillance et les commentaires laissés sous l’article précédent.

J’y réponds bientôt mais avant, il me faut un peu, beaucoup… bûcher ; – )

" "

Fantoches, mes fantômes ?

" "

Novembre, mois des morts et des fantômes. Cette année encore, j’ai fait l’impasse sur la tournée des tombes et mes aînés, rancuniers, hantent mes pensées.

J’avais 6 ans et Mémère me racontait comment, dans son jeune temps, elle se cachait sous un drap blanc pour affoler son frère Pierre, co-pensionnaire du même sordide orphelinat. Elle est depuis morte dans un home au confort faux et en y repensant, je me dis que les bonnes maisons de repos sont un peu les fantômes de notre temps: certains y croient et d’autres non. Bertha used to be a bed sheet ghost and an amazing great-grandmother. She’s been dead 12 years and still haunts my memory.

Comme la vie passe, hein !

Stupeur et trébuchements

Couleurs trop sombres à l'impression

Hier matin, j’ai sottement pleuré, de rage et d’impuissance, dans un copy shop miteux. Oh, bien peu de choses en vérité : un endroit auquel j’étais fidèle depuis des années, le remplacement d’un employé méticuleux et courtois par un incompétent heureux, des impressions A2 ratées.

Notez que l’heureux incompétent était peut-être daltonien, parce que le problème, il ne le voyait pas.

Problème de couleurs à l'impression

L’un dans l’autre, j’ai perdu 23 euros et deux jours de travail (dépôt des fichiers, aller-retour inutile pour cause de panne dont on ne m’a pas prévenue, échanges téléphoniques, retrait des impressions foirées, tentative d’explication (une imprimante se calibre, boudiou !), échange de courriels en anglais avec ma cliente, prospection expresse d’un autre endroit pour honorer la commande dans les temps) et ébranlé la confiance d’une cliente. Sans compter qu’avec tout ce temps perdu, et sachant que je suis en formation demain et jeudi, mon composite ne sera pas prêt pour le salon des outils pédagogiques, vendredi. Le tout pour une commande facturée 80 euros, sinon ce n’est pas drôle, hé!

Saturation en vert à l'impression

Chaque projet abouti traîne dans son sillage un lot de tracasseries invisibles, de rendez-vous manqués et de plans avortés. My good old printing center clearly isn’t as dependable as it used to be. Time to move on, I guess…

Ainsi va la vie !

Fenêtre d’un jour d’été

Se protéger du soleil en collant des journaux sur la vitre

Aujourd’hui, la notion idéologique de classe moyenne domine la société. Son objectif est de convaincre la majeure partie de la population qu’elle participe d’une grande famille. Les valeurs de cet égotisme sacralisé et célébré au sein de cette idéologie sont mises en scène dans le culte maniaque de l’hygiène et de la sécurité, l’exaltation de la valeur travail, au sein de laquelle la fonction se confond avec l’existence, et, naturellement, la propriété privée comme sanctuaire de la marchandise.

Propos de Jean-Luc DEBRY recueillis par Cédric BIAGINI in Divertir pour dominer – la culture de masse contre les peuples, Éditions L’Échappée, 2010.

Ce matin, mon appart’ avait, je vous l’avoue, de faux-airs de sanctuaire ; – ) À ce propos… Vous ai-je déjà parlé de mon picturesque appart’ non isolé où les hivers sont bien trop froids pour moi et les étés bien trop chauds pour mon PC ? En ces jours de juillet, Il m’est ainsi difficile d’alimenter ce blog régulièrement, mais j’espère vous revenir bientôt avec une simplissime recette de soupe au citron, un intermède textile et… de nouvelles images, pardi ! Hello dear readers, how’s July met your expectations so far? On this side of the screen, the heath’s once more threatening my laptop and my productivity but fear not (aha, as if), I’ll be back soon with a delicious lemon-soup recipe, a textile interlude and… new drawings, of course!  

Tenues estivales

Je profite de mon passage ici pour vous conseiller ma lecture du moment, les hypnotisantes Ghost stories de M. R. JAMES, que vous connaissez peut-être aussi comme l’éditeur des nouvelles gothiques de Joseph SHERIDAN LE FANU. Pour citer Sir John Betjeman : ‘If you like a well-told story redolent of the England of horse carriages and branch railway lines; if old churches and old houses delight you; if evil things, with hairy arms and talons alarm you; if you believe in haunting horror, or if you do not, buy this book’. Thanks to a recent visit in Robert’s Books, a second-hand English bookshop in Riga, I finally got my hands on M. R. James’ mesmerizing Ghost Stories and haven’t put this gem of a book down since then. Have you read it?

Ghost stories de M. R. James

 Adieu, adieu, adieu! And… remember me?

Ciel d’orange

Soleil en forme d'orange