Hammam

S'hydrater après le hammam en mangeant des oranges

Nord Algérien… #1: Tlemcen, Oran, Alger

dauphine-raisin-les-andalouses

Ils partirent tôt le matin. La voiture filait sur la route le long de la mer. Le père Pluche se laissait ballotter sur son siège avec cette même résignation joyeuse avec laquelle il avait fait les bagages, salué tous et toutes, resalué tous et toutes, et oublié exprès une valise, à la pension, car il faut toujours semer derrière soi un prétexte pour revenir, quand on part.

Alessandro BARICCO, Océan mer

Retour à la case ordi après trois semaines passées à sillonner le beau pays qu’est l’Algérie avec, en prime, l’envie de concrétiser, enfin, mes projets éditoriaux… et d’explorer de nouvelles techniques, loin de l’écran.

Bon, mais l’Algérie, dans tout ça ? L’Algérie, c’est très, très grand et très, très beau mais c’est aussi un vaste chantier à ciel ouvert où campus, autoroutes et immeubles d’habitation poussent comme autant de champignons… chinois. Avant de prendre ensemble la clé des champs, honneur, donc, à l’Algérie des villes ; celle du bêton, du macadam et du toc en stock. 

TLEMCEN

Bassin de Tlemcen

Capitale mondiale de la culture islamique en 2011, héritière d’un riche passé culturel, l’ancien bastion zianide abrite aujourd’hui l’essentiel du patrimoine islamique algérien et reste un passage obligé pour tout amateur de musique qui se respecte. Mais Tlemcen, c’est surtout une ville calme et accueillante au charme provincial ravageur et le point de chute idéal pour une immersion en douceur.

" "

Vue sur les terrasses d’un quartier populaire depuis le plateau de Lalla Setti.

" "

Ici comme ailleurs, le made in China a inondé les souks mais dans les ruelles du vieux Tlemcen, une poignée d’artisans résiste encore et toujours aux couvertures synthétiques.

ORAN

Un jour pour découvrir Oran, c’est peu mais néanmoins suffisant pour constater l’état de délabrement avancé de ses plus beaux édifices. Le Palais du Bey, la Mosquée du Pacha et l’Église Saint Louis auraient ainsi bien besoin d’un ravalement de façade même si, je l’avoue, leur beauté crépusculaire –à la Détroit– ne m’a pas laissée de marbre. À voir également : la Porte d’Espagne et le Tambour Saint José, point de départ d’un important réseau de souterrains.

" "

La Cathédrale du Sacré-Cœur a été transformée en bibliothèque… C’est-y pas cool ?  

" "

Vue sur la ville depuis le Pavillon de la Favorite (Palais du Bey).

ALGER

" "

Alger la blanche est une perle sertie de bleu, un joyau étincelant fièrement dressé entre ciel et Méditerranée. Alger est belle, Alger pourrait être le paradis mais Alger est polluée, chère et horriblement embouteillée… comme ne le montre pas la photo ci-dessus.

" "

Vue sur la basse Casbah depuis le toit du Musée National des Arts et Traditions Populaires.

Ruelle de la Casbah d'Alger

D’ailleurs, en parlant de Casbah… Qui c’est qui meurt d’envie d’apprendre l’arabe algérien et de s’en aller écrire un livre pour enfants dans une chambre décrépite? Je vous le donne en cent, je vous le donne en mille…

On se dit à mardi?
Prenez soin de vous : – )

Ce GIF, j’le kiffe!

Expo Dauphine Raisin à la bibliothèque de Sprimont

Les vacances m’incitent au recyclage… Ici, une image créée pour l’exposition Fruits Bleus que j’avais plus ou moins oublié de vous montrer  I’m currently on Holidays in the Pyrenees which is an excellent reason for recycling older images, isn’t it? This one was made for the Fruits Bleus exhibition.

" "

Cueillette de cynorrhodons en Haute-Cerdagne (Pyrénées) Rosehips gathering in Upper Cerdanya (the Pyrenees, South of France).

" "

Chevaux hispano-bretons vus à travers mes lunettes – Hispano-Breton Horses as seen through my sunglasses.

" "

Les cynorrhodons, ou baies d’églantier, font d’excellentes confitures… Affaire à suivre? – I declare the Rosehip Jam season… open! 

Récolte de cynorhodons en Cerdagne

La cueillette se poursuit sous un ciel joliment ennuagé – My fellow gatherers under a dramatic sky.

" "

Le village d’Eyne au coucher du soleil – Eyne at sunset.

East Coast trip…# 5: côté côte (codac)!

(Mode Alain Delon on)

Pour le cinquième volet de notre série à succès, j’ai choisi de vous emmener du côté de la côte, où la dodue Dauphine apercevra des dauphins et rencontrera un placide lamantin:

Lamantin à Merritt Island

Ceci n’est PAS un phoque…

Elle y chopera également la turista – ou « envie de trucider ces (FW#$!}%°)² de vacanciers jetant des cailloux sur la faune » – mais prenant exemple sur ses nouveaux amis, elle gardera son sang froid et décochera plus d’œillades assassines que d’yeux au beurre noir. Ouf ! (Mode Alain Delon off) Bon, et sinon, ces plages ? En vérité je vous le dis, tout sauf impressionnée je fus. Mais comme vous, moi, Jaime Lannister et la femme du boulanger n’attendons pas forcément la même chose d’une plage, je vais m’efforcer d’être moins vague.

MIAMI BEACH

En sortant de la Shark Valley, j’ai fait cap sur Miami et ses eaux cristallines, espérant sans doute y terrasser ma misanthropie naissante à grand renfort de cocktails vitaminés. Mais une fois sur place, les embouteillages, le béton et la tempête approchante ont eu raison de moi et j’ai traversé la ville sans m’y arrêter, en mode « Pars vite et reviens hyper tard, voire jamais ». Parce que Miami, c’est aussi ça: 

" "

Vue des faubourgs depuis le Tamiami Trail, une autoroute scénique qui traverse les Everglades et relie Naples à… Miami!

Vue des faubourgs de Miami

" "

Miami Bay

" "

À gauche, des bars à l’ambiance plutôt R’n’B, où se mêlent clopes, crèmes glacées et micro-shorts. À droite, Miami Beach. Au loin, des voitures.

MERRITT ISLAND NATIONAL WILDLIFE REFUGEE (FLORIDA)

Visiter Merritt Island un samedi n’est PAS une bonne idée : trop de voitures, de bruit et de pollution et conséquemment, pas assez d’animaux. Le reste du temps, c’est probablement génial. Remarques en vrac : Attention, les agences de location de canoës se trouvent à Titusville, pas sur l’île/ Le visitor center est un bon endroit pour débuter la visite/ Spatules rosées, lamantins, passerins nonpareils et tatous = perfection/La bioluminescence, c’est en été que ça se passe/ Le Cape Canaveral se trouve à deux pas.

Littoral floridien à Merritt Island

" "

“Armadillo”, ça sonne tout de même mieux que “tatou”, non?

SAVANNAH (GEORGIA)

Pas eu le temps de m’arrêter dans la ville la plus hantée des Etats-Unis, ce que je regrette car à vue de nez, l’ambiance y était un chouia plus détendue qu’à Charleston, sa voisine du nord.

Savannah

CHARLESTON (SOUTH CAROLINA)

Le vieux centre est très intéressant d’un point de vue architectural mais gagne plus-que-probablement à être visité en hors-saison, et ce n’est pas rien de le dire… Astuces : Profitez de votre séjour à Charleston pour visiter une ou plusieurs plantations, ainsi que la Beidler Forest.

" "

Downtown Charleston et ses élégantes maisons de maître.

" "

Drayton Hall est la plus ancienne plantation américaine conservée dans son état d’origine

LES ÎLES DE CAROLINE DU NORD

Shackleford : Un rendez-vous avec les chevaux sauvages de la petite île de Shackleford, au large de Beaufort, s’improvise difficilement. Le visitor center est désormais fermé le week-end, ce qu’on découvre en arrivant sur place, grâce à un petit mot collé sur la vitre. Traduction : pas d’infos, pas de toilettes ! Les agences de « ferries » ne manquent heureusement pas mais aucun bateau ne larguera les amarres avec moins de quatre visiteurs à son bord et, en dehors des vacances scolaires, il faudra vous montrer patients. Très patients. 

Ocracoke: La ville est belle (touristique sans faire carton-pâte) et les plages sont rebelles mais l’unique camping de l’île étant fermé jusque mi-avril, il m’a fallu prématurément les quitter.

Ocracoke

Cape Hatteras National Seashore: Ne vous fiez pas à Google Images ! Entre les 4X4, les pêcheurs du dimanche et les zones de nidification fermées au public, il n’est guère facile d’arpenter fièrement les plages, cheveux au vent et coquillages plein les poches. Mais qui veut peut et foi de Dauphine, les capsules d’œufs de bulot et de raie, les coraux fouets et les carapaces de limules ont trouvé à qui parler !

Pêcheurs et voitures sur la plage du Cape Hatteras

Tortue minuscule au Cape Hatteras

Pêcheurs au Cape Hatteras

VIRGINIA BEACH (VIRGINIA)

Une plage située en bordure de la ville, fréquentée par les gens du coin. Ambiance sympatoche et détendue du paréo.

Plage de Virginia Beach au soleil couchant

Voici qui clôt le compte-rendu de ce trip outre-Atlantique.
Il était temps !

East Coast trip…# 4: Ava Gardner Museum

" "

Visite impromptue de l’Ava Gardner Museum (Smithfield, North Carolina), dont l’existence me fut révélée in-extrémis par un panneau directionnel tapi dans l’ombre de l’Interstate I-95.

" "

Le musée, petit mais agréable, fait la part belle aux costumes et objets ayant appartenu à la star et, s’il est vrai qu’à moins d’être un parfait néophyte, on n’en ressort guère plus savant, dans l’ensemble, l’endroit vaut plutôt le détour.

" "

Mention spéciale aux photographies de l’appart’ londonien d’Ava ; un lieu dont l’agencement laisse deviner, chez sa propriétaire, le talent de manier formes, couleurs et motifs.

" "

Le résultat est plutôt intéressant, non, qu’en dites-vous ?

" "

Enfin, sans transition et pour conclure, je vous laisse en compagnie de ces fascinants éventails en carton, en vente dans la boutique du musée.