Correspondance

dauphine-raisin-masque-cerveau

Le masque tire son étymologie du bas-latin masca, désignant le cadavre enveloppé dans un filet destiné à empêcher le retour du mort, pour souligner son aptitude à enrayer le processus de la défiguration par décomposition, à éviter l’altération des traits et à maintenir la ressemblance, tout en promouvant une image encore acceptable du cadavre, qui puisse s’apparenter à la représentation d’un être endormi.

Bertrand TILLIER, La belle noyée – Enquête sur le masque de l’inconnue de la Seine

Hier jour. Sortie quérir carottes et oignons pour nourrir m’poyon, voilà-t-y pas qu’je Divintage et que j’y entre… avant d’en ressortir avec au bras un cadeau, un chapeau: une coque en velours forgée dans le Paris des années ’30.

DR-divintage

Je ne l’ai pas dénichée, elle me fut mise en main. Ce détail est d’importance car une fois ses légumes défournés et mon thé descendu, j’ai posé le présent à côté de l’écran affichant mon en-cours du moment et ce faisant, il m’apparut que l’un était comme l’impression 3D d’un bout de l’autre.

dauphine-raisin-rambelle

Saisissant, nan?

Et quitte à causer d’sang, c’que j’kiffe itou en ce couvre-cheffe, c’est qu’il évoque en sa structure un crâne d’Alien et/ou un ciboulot grave gros. Vous avouerez qu’un masque de cerveau, c’est toujours mieux qu’un rhume et qu’pour conter fleurette à un zombie ami, on n’a rien trouvé d’mieux.

En conclusion, merci pour le cadeau et l’échange sur l’cas d’l’eau ; – )

Leave a Comment