Mon ongle

Salle à manger de style Art Nouveau

With that he pulled open his shirt, and with his long sharp nails opened a vein in his breast. When the blood began to spurt out, he took my hands in one of his, holding them tight, and with the other seized my neck and pressed my mouth to the wound (.)

Bram STOCKER, Dracula

Hier jour, j’ai traîné mon vieux lard dans les rues de Nancy, bravant froid et pluie pour y découvrir son Daum plus les merveilles de son École. Son Art Nouveau, en somme. Hier, donc, j’erre, mire et admire quand soudain, deux mains de verre me tirent d’une douce rêverie. Couleurs, parures, forme des ongles… Tout en ces mains de sirène m’évoque les doigts d’un dessin mien.

Mains ornées de coquillages par Emile Gallé

Je suis, nous sommes au Musée de l’École de Nancy et ces segments de membres furent modelés en 1904 par Émile Gallé.

Invente-t-on jamais rien ?

Mains de Charles le Téméraire

Plus tard, au Musée des Beaux Arts. Chute en arrêt devant la toile d’Auguste Feyen-Perrin représentant Charles le Téméraire retrouvé mort après la bataille de Nancy et identifié notamment grâce à ses ongles, qu’il se plaisait à porter exagérément longs.

Main griffue de Charles le Téméraire

De vous à moi, j’ai trouvé ce nu neige-contre-sang et ses vampiriques presque-griffes puissamment érotiques.

À deux mains… ou plus ; – )

One Comment

  • […] Pour fêter cette trouvaille de quatre sous, retour timide des intermèdes textiles avec, ci-dessous, jamais-deux-sans-trois autoportraits de moi en robe et enrobée, trois tenues pour me rappeler ma plaisante mais pluvieuse, pluvieuse mais plaisante escapade à Nancy-belle-en-ce-miroir: […]

Leave a Comment