Mon ongle

Salle à manger de style Art Nouveau

With that he pulled open his shirt, and with his long sharp nails opened a vein in his breast. When the blood began to spurt out, he took my hands in one of his, holding them tight, and with the other seized my neck and pressed my mouth to the wound (.)

Bram STOCKER, Dracula

Hier jour, j’ai traîné mon vieux lard dans les rues de Nancy, bravant froid et pluie pour y découvrir son Daum plus les merveilles de son École. Son Art Nouveau, en somme. Hier, donc, j’erre, mire et admire quand soudain, deux mains de verre me tirent d’une douce rêverie. Couleurs, parures, forme des ongles… Tout en ces mains de sirène m’évoque les doigts d’un dessin mien.

Mains ornées de coquillages par Emile Gallé

Je suis, nous sommes au Musée de l’École de Nancy et ces segments de membres furent modelés en 1904 par Émile Gallé.

Invente-t-on jamais rien ?

Mains de Charles le Téméraire

Plus tard, au Musée des Beaux Arts. Chute en arrêt devant la toile d’Auguste Feyen-Perrin représentant Charles le Téméraire retrouvé mort après la bataille de Nancy et identifié notamment grâce à ses ongles, qu’il se plaisait à porter exagérément longs.

Main griffue de Charles le Téméraire

De vous à moi, j’ai trouvé ce nu neige-contre-sang et ses vampiriques presque-griffes puissamment érotiques.

À deux mains… ou plus ; – )

La bague aux doigts

Porteuse d'anneau courtisée par une foule de doigts

Take off your golden ring! Your hand’s more fair without it.

J.R.R.TOLKIEN, The Lord of the Rings

Parce qu’il vieux (parfois) motard que jamais, reprise, en cette fin de janvier, de mes activités ; – )

Méduses composées de doigts

Les méduses pour plaire à mon imaginaire et les doigts tatoués pour l’mariage, rapport au titre de l’image. Les ongles, vernis à la semblance des anémones du Llançà de mon adolescence puis une bague ornée, aussi, parce que tu me disais, l’ami, que des joyaux, je n’écrivais plus mot.

Forêt de doigts

Mais enfin, cette belle échevelée dévêtue de dentelles, aimant la bagatelle et courtisée par des doigts… à baguer, d’où diantre a pu m’tomber l’idée d’la dessiner ?

Si j’le savais, eh !

C Nowel, D’s no(t) well

Carte de voeux de style naif
Sent-ce le sapin ?

Ma bonne résolution pour l’an futur : blogger moins mou qu’par le passé. C’est jouable ; – )

Bonnes f’êtes : – ) et… rendez-vous mi-janvier?

Sot’ d’humeur

Statue de la liberté ayant pour bouche un arc-en-ciel

Après la pluie le soleil, affirme le Devin mais la pluie devant l’soleil, c’est bien aussi, dit D. Raisin : ça donne vie aux arcs-en-ciel.

Souvenirs liés, en vrac : le ruban de ciel nommé par une cassette audio surgie de mon enfance ; les arcs vus aux Murchison Falls avec l’être élu alors, lettre relue dans mes pensées d’ces jours derniers, la faute à l’actualité d’Bujumbura; ceux admirés peints sur les murs d’San Francisco enfin, souvenirs d’une belle aventure en compagnie, de ciel bleu et d’pâtisseries.

Polyamoureux utilisant un arc-en-ciel comme corde à sauter

Bref, quand c’est caca, c’est cas d’eau. Voici de nouvelles cartes qui, je l’espère, vous plairont et où, comme d’hab’, vous lirez c’que vous voudrez à condition de n’pas m’l’attribuer ; – )

Croquet joué avec des fleurs de tournesol et des arcs-en-ciel
Bon jour et à bientôt : – )

Une blonde émoustillante

Jeune femme auréolée d'une cascade de cheveux blonds

The figure has paused again, and half on the bed and half out of it that young girl lies trembling. Her long hair streams across the entire width of the bed. As she has slowly moved along she has left it streaming across the pillows […] With a sudden rush that could not be foreseen – with a strange howling cry that was enough to awaken terror in every breast, the figure seized the long tresses of her hair, and twining them round his bony hands he held her to the bed.

James RYMER or Thomas PREST, Varney the Vampire

Une blonde émoustillante est le titre d’un film de Jiří Menzel, film sous le charme duquel j’ai trébuché. Moutarde sur le jambonneau d’ce bel ouvrage : les boucles en cascade de sa blonde héroïne, finalement tressées, tranchées et trimballées sur le porte-ramages de son vélo. Ma fascination pour les toisons sacrifiées n’est, en effet, plus qu’un secret d’polichinelle… dans le tiroir… dixit l’scénar ; – )

Ça craint?
Ça craint, je crois, mais n’le crin pas.

Place aux images:

Marja persuadant le coiffeur de lui couper ses très longs cheveux

Marja transportant sa chevelure coupée à l'arrière de son vélo

Chevelure coupée fixée au porte-bagages d'un vélo
Rendez-vous avant le mois prochain et d’ici là, (sup)portez-vous bien : – )