Paris fantastique

Pêche miraculeuse sur la façade du palais de la Porte Dorée

Depuis que le sort m’avait précipité en le trou de catacombes, je m’étais efforcé de ne m’étonner de rien et de me préparer à tout. Qu’un lac se fût présenté à mes regards, quand j’espérais un mince filet d’eau, que des canards se fussent ébattus à portée de ma main quand je n’osais entrevoir pour le contentement de ma faim que le repas un peu maigre des chétifs asellides ; qu’une femme, plus belle de dos que toutes les femmes imaginées par le rêve des sculpteurs, se fût dressée pour mon éblouissement, sur la rive moussue d’une pièce d’eau des catacombes à l’heure de son bain ; que cette femme, s’étant retournée, au lieu de m’exhiber le visage humain, me montrât un groin rose dépourvu d’yeux, mon Dieu ! tout cela, tout cela pouvait s’expliquer ; mais que cette femme, avec son groin rose, parlât le plus pur français, la plus pure langue d’oïl du commencement du quatorzième siècle, oh ! cela ! cela était tout à fait extraordinairement étourdissant !

Gaston LEROUX, La double vie de Théophraste Longuet

La semaine dernière, j’ai saisi l’occasion de revoir Paris et de fuir, aussi, le bruit des couvreurs œuvrant sur l’toit qui présentement m’abrite. Six jours et ces sept découvertes … “fantastiques” . Quelque part dans le 12e arrondissement, le bas-relief d’Alfred Janniot pour le Palais de la Porte Dorée, vestige de l’exposition coloniale de 1931 (ou comment le subjectivement beau jaillit parfois de l’objectivement laid).

" "

Au musée d’Orsay, une fabuleuse armoire en bois doré et sculpté à la gouge à motifs de croix celtique et autres ornements, d’inspiration personnelle de la reine Marie de Saxe-Cobourg-Gotha, par August Ritzel (1906).

" "

Les formes, couleurs et mystères signés Maurice Denis, vus au musée d’Orsay, au musée d’Art moderne de la ville de Paris, à l’église du Saint-Esprit et au musée Maurice Denis de Saint-Germain-en-Laye.

" "

La forêt des catacombes et ses os-papillons. Il paraît que bientôt, de modernes Sous-Préfets partiront s’y coucher et y vider des verres plutôt qu’d’en déclamer.

" "

La très troublante, l’eh ! épatante œuvre de Kuniyoshi, découverte plus tard que jamais dans le cadre d’une Fantastique ! expo au Petit Palais. Mention spéciale à l’Haltérophilie pour les Tanuki (1842), parce que Pompoko d’Isao Takahata, et parce que.

" "

L’expo Henry Darger au MAMVP, fenêtre entrouverte sur un surprenant jardin secret.

" "

Enfin, les femmes à bec d’oiseau exposées au Louvre mais trouvées en Syrie, merveilleuses, émouvantes, boudées comme il se doit par les sots à selfies.

Bon mardi : – )

Leave a Comment