Fantoches, mes fantômes ?

" "

Novembre, mois des morts et des fantômes. Cette année encore, j’ai fait l’impasse sur la tournée des tombes et mes aînés, rancuniers, hantent mes pensées.

J’avais 6 ans et Mémère me racontait comment, dans son jeune temps, elle se cachait sous un drap blanc pour affoler son frère Pierre, co-pensionnaire du même sordide orphelinat. Elle est depuis morte dans un home au confort faux et en y repensant, je me dis que les bonnes maisons de repos sont un peu les fantômes de notre temps: certains y croient et d’autres non. Bertha used to be a bed sheet ghost and an amazing great-grandmother. She’s been dead 12 years and still haunts my memory.

Comme la vie passe, hein !

Maharajananas

Maharaja au turban orné d'un ananas
Vous ai-je déjà écrit tout le bien que je pense des Podcasts de l’Institut Français de la Mode, souvent écoutés et réécoutés en coloriant ? Pas plus tard qu’hier soir, ma mémoire de poisson rouge et moi redécouvrions la conférence de Jérôme Neutres (Costume royal de cour sous la domination britannique, IFM, 10 février 2010) et j’ai, dans la foulée, eu envie de partager ces extraits avec vous :

L’armure devient une armure de perles et de pierres précieuses [.] Privés de leur force, il va rester à ces maharajas, on le voit encore ici, qui ressemblent plus à des drag-queens qu’à des chevaliers, des chevaliers guerriers, il va rester la parade, l’apparat, l’apparence pour être vus, pour être reconnus et pour communiquer leur pouvoir [.] On est donc dans un registre de l’illusion, de l’illusion d’un pouvoir qui n’est plus qu’une image.

Le détesté roi Joffrey de Game of Thrones agit-il autrement lorsque, crevant de n’avoir pas l’étoffe d’un roi, il s’en bricole la dégaine à grand renfort d’étoffes princières ? King Joffrey, dernier des Maharajas, haha… Blague à part, si l’image de ces guerriers déchus troquant la cotte de mailles contre un plastron de perles m’a tant émue, n’est-ce pas parce que moi aussi, j’utilise le vêtement comme une armure depuis que j’ai comme qui dirait perdu la Force ?

Eve à la pomme et ballerine au chignon en forme de pastèque

Autre morceau choisi :

En Inde, le plus souvent, l’intérieur des palais est blanc. Et la couleur vient du costume de ses habitants ou de ses invités. C’est-à-dire, le code chromatique n’est pas contrôlé comme dans la décoration occidentale, où l’on se doit de laisser briller par une tenue assez sobre les papiers-peints et les tableaux, le mobilier et les objets de décoration du cadre dans lequel on est invité mais, cette vie, cet esprit du lieu, il va venir de la couleur et des tableaux que portent sur eux les gens qui vont habiter ce lieu.

Franchement, c’est-y pas plus beau que du Rimbaud ? Et ne croirait-on pas lire là la description de mes quartiers, la magnificence en plus, le, ahem, désordre en moins ?

Rocker coiffé d'une banane et ange auréolé d'une orange

Quoi qu’en parlant de désordre :

C’est un pays du choc des couleurs parce que c’est un pays, je pense, qui a fait le choix du désordre comme étant moins dangereux que l’ordre. Il y a cette phrase de Paul Valéry que je cite souvent à propos de l’Inde, qui dit : « Il y a deux dangers symétriques qui menacent le monde, l’ordre et le désordre ». Et l’Inde a fait le choix de la division, de la multiplicité, du polythéisme, d’aimer plusieurs dieux plutôt qu’un dieu, a fait le choix du désordre comme étant peut-être moins dangereux que l’ordre.

Voila. Et pour éviter qu’il ne soit dit qu’au jour d’aujourd’hui, D. R. ramène décidément tout à ses tourments, sa garde-robe et son ameublement, je vous tire muettement ma révérence et vous dit à bien vite ; – )

Ciel d’orange

Soleil en forme d'orange

Popote

Linge mis à tremper dans une casserole

Certains lavent leur linge sale en famille, d’autres le font en cuisine! Taking care of one’s clothes seldom is as glamorous as it sounds… but it’s inspiring ; – )

Linge sèchant sur un fil

Hammam

S'hydrater après le hammam en mangeant des oranges