Mère. Poule. Art.

dauphine-raisin-mere-poulard

Enfin du n’œuf sur le blog.

Ces temps derniers, j’ai pourtant bien bossé et si cette image fut longue à pondre, c’est que l’un de mes outils m’a lâchée en cours d’elle. Piqure de rappel reçue à point nommé, l’rappel de ne jamais, au grand jamais placer tous ses œufs peints dans le même panier. L’tout sans s’éparpiller, c’n’est point gagné mais le défi est relevé.

Mère poule, mère pour l’art, mère poule art. L’image est simple et ses teintes pastel charmantes mais sa légèreté, elle, n’est qu’apparente. Désirer un poussin et sacrifier ses œufs pour l’signifier, l’idée m’a d’abord séduite par son absurdité.

Mais absurde, l’est-ce à mille pourcents?

Il arrive si souvent que dans la vie, l’on se sabote sans oser s’l’avouer. Fausses bonnes idées, barreaux imaginaires, franchement, y’a d’quoi faire. Il arrive aussi la pensée magique, l’espoir du fantastique, Pygmalion et sa statue, le Pinocchio de Geppetto et de Théophile l’Omphale qui se refusait à faire tapisserie et qui tant de nuits, prit vie. Il arrive enfin qu’l’on ait envie d’vider son sac et que l’oreille compatissante ait grand besoin qu’on lui fasse un dessin.

Absurde, oui, certainement, mais du fond du puits je vous demande ceci : s’fait-on jamais d’Hamlet sans casser deux… ou même m’aime trois œufs ? Mère Poulard, eh !

L’image est simple mais brouillée de symboles, de détails et de clés : avez-vous bien noté les papillons dans l’ventre et les larmes à l’envers, le phare et les cafards grimés en scarabées pour conjurer la chance ? Et le masque, ce masque qui peut tout renverser, l’avez-vous remarqué ? Est-ce un masque de fécondité là pour appeler ou le masque d’mère poule que j’ai vu m’élever, étonnant masque social, splendidement porté ?

Afficher ou masquer, à quoi joue ce masque, en vérité ?

Je vous laisse trancher ; – )

Correspondance

dauphine-raisin-masque-cerveau

Le masque tire son étymologie du bas-latin masca, désignant le cadavre enveloppé dans un filet destiné à empêcher le retour du mort, pour souligner son aptitude à enrayer le processus de la défiguration par décomposition, à éviter l’altération des traits et à maintenir la ressemblance, tout en promouvant une image encore acceptable du cadavre, qui puisse s’apparenter à la représentation d’un être endormi.

Bertrand TILLIER, La belle noyée – Enquête sur le masque de l’inconnue de la Seine

Hier jour. Sortie quérir carottes et oignons pour nourrir m’poyon, voilà-t-y pas qu’je Divintage et que j’y entre… avant d’en ressortir avec au bras un cadeau, un chapeau: une coque en velours forgée dans le Paris des années ’30.

DR-divintage

Je ne l’ai pas dénichée, elle me fut mise en main. Ce détail est d’importance car une fois ses légumes défournés et mon thé descendu, j’ai posé le présent à côté de l’écran affichant mon en-cours du moment et ce faisant, il m’apparut que l’un était comme l’impression 3D d’un bout de l’autre.

dauphine-raisin-rambelle

Saisissant, nan?

Et quitte à causer d’sang, c’que j’kiffe itou en ce couvre-cheffe, c’est qu’il évoque en sa structure un crâne d’Alien et/ou un ciboulot grave gros. Vous avouerez qu’un masque de cerveau, c’est toujours mieux qu’un rhume et qu’pour conter fleurette à un zombie ami, on n’a rien trouvé d’mieux.

En conclusion, merci pour le cadeau et l’échange sur l’cas d’l’eau ; – )

Être soie

dauphine-raisin-masque-soie

Botticelli et ses nymphes fleuries ont bousculé l’image de la soie jusqu’alors réservée à des personnages hiératiques et immobiles. La séduction, la célébration de la nature, la grâce l’emportent sur le pouvoir : c’est le double visage de la soie.

Yvonne de SIKE, La soie – Mythologies d’hier et d’aujourd’hui

Je vous avais promis des bobines guillotinées à la langue bien pendue mais les cabèches en verve attendront. Notez qu’il n’est pas question de perdre tout-à-fait le fil puisqu’en fait de bobines, nous causerons chiffons.

Figurez-vous qu’en la fin de janvier, je suis entrée dans un magasin de charité où les costumes de carnaval s’agglutinaient sur deux portants dédiés. Super-tenues inflammables et robes de fée y côtoyaient d’authentiques vêtements nés d’autres cultures : caftans, djellabas, salwar kameez et lourdes soieries venues d’Asie.

Incongru, violent classement.

dauphine-raisin-intermede-soyeux

Notez qu’un lien peut tout de même être fait entre mes nouvelles peaux de soie et le carnaval puisque les mascarades rurales, c’est la lutte de l’hiver et du printemps, la fertilité, le renouveau. Et que la soie, la soie… « Comment pourrait-on supposer que la sensibilité des hommes et des femmes n’ait pas été touchée par le fascinant processus de la production de la soie, qui rappelle tant les rythmes de la mythologie locale avec la symbolique de la résurrection du papillon ?» (La soie – Mythologies d’hier et d’aujourd’hui).

dauphine-raisin-intermede-soie

J’ai coiffé mes poupées des masques d’argile dont j’aime à me plâtrer. Histoire d’boucler la boucle, v’voyez.

Bonne journée : – )