Tennis sur toison

Ophelia, he thought? But there were two opinions to that, just as there were two opinions about Norma. Was Ophelia mad or was she pretending madness?

Agatha CHRISTIE – Third Girl

L’été dernier m’est née l’envie de dessiner l’tennis des années ’20. Phryne Fisher dans « Game, Set & Murder », ce blanc, ce vert, ce glam’ : jus, j’eu soudain envie de légèreté… et de citron pressé. Après tout, c’était l’été.

Le temps a passé, il m’a manqué, tu m’as manqué, mais l’envie, elle, est restée. Ce matin fut fignolée, finie, la première image de la série. L’idée de départ est celle-ci : si un citron en passe d’être pressé remplaçait la traditionnelle balle jaune en l’jeu, ne serait-ce pas rafraichissant ?

Mais le citron pressé aussi a un revers, un envers, un inverse. Ne dit-on pas pressée comme un citron ? Et là, par ultra libre association d’idées, vous avez : burn-out, dépression, noyade et saut d’un pont. Ophélia.

Ma joueuse est-elle une Ophélia ?

Mettons. Mais là où l’héroïne shakespearienne mourrait d’amour et d’son amère désillusion, la mienne est une alchimiste qui a su d’sa sueur, d’ses pleurs, d’son amertume, faire de la citronnade. Ce qui, vous en conviendrez, n’est pas d’l’amer à boire.

Positivons ; – )

PS : Ceci écrit, je sors de ma bulle et découvre qu’Ophélia est aussi le nom de baptême d’une tempête frappant l’Irlande aujourd’hui. Bad timing.

Leave a Comment