Nord Algérien… #1: Tlemcen, Oran, Alger

dauphine-raisin-les-andalouses

Ils partirent tôt le matin. La voiture filait sur la route le long de la mer. Le père Pluche se laissait ballotter sur son siège avec cette même résignation joyeuse avec laquelle il avait fait les bagages, salué tous et toutes, resalué tous et toutes, et oublié exprès une valise, à la pension, car il faut toujours semer derrière soi un prétexte pour revenir, quand on part.

Alessandro BARICCO, Océan mer

Retour à la case ordi après trois semaines passées à sillonner le beau pays qu’est l’Algérie avec, en prime, l’envie de concrétiser, enfin, mes projets éditoriaux… et d’explorer de nouvelles techniques, loin de l’écran.

Bon, mais l’Algérie, dans tout ça ? L’Algérie, c’est très, très grand et très, très beau mais c’est aussi un vaste chantier à ciel ouvert où campus, autoroutes et immeubles d’habitation poussent comme autant de champignons… chinois. Avant de prendre ensemble la clé des champs, honneur, donc, à l’Algérie des villes ; celle du bêton, du macadam et du toc en stock. 

TLEMCEN

Bassin de Tlemcen

Capitale mondiale de la culture islamique en 2011, héritière d’un riche passé culturel, l’ancien bastion zianide abrite aujourd’hui l’essentiel du patrimoine islamique algérien et reste un passage obligé pour tout amateur de musique qui se respecte. Mais Tlemcen, c’est surtout une ville calme et accueillante au charme provincial ravageur et le point de chute idéal pour une immersion en douceur.

" "

Vue sur les terrasses d’un quartier populaire depuis le plateau de Lalla Setti.

" "

Ici comme ailleurs, le made in China a inondé les souks mais dans les ruelles du vieux Tlemcen, une poignée d’artisans résiste encore et toujours aux couvertures synthétiques.

ORAN

Un jour pour découvrir Oran, c’est peu mais néanmoins suffisant pour constater l’état de délabrement avancé de ses plus beaux édifices. Le Palais du Bey, la Mosquée du Pacha et l’Église Saint Louis auraient ainsi bien besoin d’un ravalement de façade même si, je l’avoue, leur beauté crépusculaire –à la Détroit– ne m’a pas laissée de marbre. À voir également : la Porte d’Espagne et le Tambour Saint José, point de départ d’un important réseau de souterrains.

" "

La Cathédrale du Sacré-Cœur a été transformée en bibliothèque… C’est-y pas cool ?  

" "

Vue sur la ville depuis le Pavillon de la Favorite (Palais du Bey).

ALGER

" "

Alger la blanche est une perle sertie de bleu, un joyau étincelant fièrement dressé entre ciel et Méditerranée. Alger est belle, Alger pourrait être le paradis mais Alger est polluée, chère et horriblement embouteillée… comme ne le montre pas la photo ci-dessus.

" "

Vue sur la basse Casbah depuis le toit du Musée National des Arts et Traditions Populaires.

Ruelle de la Casbah d'Alger

D’ailleurs, en parlant de Casbah… Qui c’est qui meurt d’envie d’apprendre l’arabe algérien et de s’en aller écrire un livre pour enfants dans une chambre décrépite? Je vous le donne en cent, je vous le donne en mille…

On se dit à mardi?
Prenez soin de vous : – )

4 Comments

Leave a Comment